Activision / Blizzard dans la tourmente !

Grosse tourmente pour le groupe : Activision Blizzard (Diablo, World of Warcraft ou encore Call of Duty).

©Activision/Blizzard

Depuis juillet, un procès à l’encontre d’Activision/Blizzard est en cours pour les motifs suivants : « favoritisme sur le lieu de travail omniprésent pour les garçons » avec un « harcèlement sexuel constant » de ses employées. La poursuite civile, déposée par le California Department of Fair Employment and Housing (DFEH) après une enquête de deux ans, comprend des plaintes pour discrimination fondée sur le sexe, les inégalités de rémunération, le harcèlement sexuel et autres violations des lois sur les droits civils de l’État.


Des accusations graves et inquiétantes !

L’enquête a révélé que les femmes ne représentent que 20 % des employés d’Activision Blizzard, notant que « très peu de femmes atteignent des postes de direction dans l’entreprise ». Ceux qui le font gagnent moins d’argent que leurs collègues masculins – quelque chose qui se répercuterait sur tous les postes de l’entreprise. Dans d’autres cas, le procès décrit les gestionnaires refusant de promouvoir les femmes.

« Les femmes de couleur étaient des cibles particulièrement vulnérables des pratiques discriminatoires, les employés étaient «découragés de se plaindre car le personnel des ressources humaines était connu pour être proche des harceleurs présumés ».

Le DFEH a également comparé la culture d’Activision Blizzard à « une maison de fraternité », où prévalait une culture de harcèlement sexuel. Une employée mise en évidence dans le procès a déclaré que «des employés masculins au hasard […] commenteraient ses seins». L’équipe de World of Warcraft a également été appelée dans le cadre du procès pour la façon dont ses employés masculins «se heurteraient aux [employées féminines], feraient des commentaires désobligeants sur le viol et adopteraient un comportement humiliant».


Des faits connus de tous !

L’ancien directeur créatif principal de World of Warcraft, Alex Afrasiabi, a été nommé « harceleur » de haut niveau.

©Blizzard – Alex Afrasiabi

« Lors d’un événement d’entreprise (une convention annuelle appelée Blizz Con), Afrasiabi draguait les employées, lui disant qu’il voulait les épouser, tentant de les embrasser et mettant ses bras autour d’elles. C’était à la vue d’autres employés masculins, y compris des superviseurs, qui ont dû intervenir et lui retirer des employées. »

Le président de Blizzard, J.Allen Brack, aurait eu “plusieurs conversations” avec Afrasiabi à propos de cette conduite, mais aurait opté pour « une tape sur le poignet » en réponse, selon le procès. Le DFEH a déclaré qu’Afrasiabi « a continué à faire des avances non désirées aux employées, notamment en saisissant la main d’une employée et en l’invitant dans sa chambre d’hôtel et en tripotant une autre femme».


J. Allen Brack, président de Blizzard Entertainment démissionne !

L’un des premiers changements majeurs est survenu le 3 août, lorsque le président de Blizzard Entertainment, J. Allen Brack a démissionné de son poste. Il est nommé dans le procès en tant que facilitateur d’un harceleur présumé au studio.

©Blizzard – J. Allen Brack

Activision Blizzard a déclaré au personnel que Jen Oneal et Mike Ybarra «codirigeraient» l’entreprise.

Oneal était auparavant vice-président exécutif du développement, tandis qu’Ybarra dirigeait la plate-forme et la technologie de l’entreprise. Oneal a également dirigé Vicarious Visions, que Blizzard a acquise en janvier . Ybarra était auparavant chez Microsoft, en tant que vice-président de l’entreprise pour Xbox Live et Xbox Game Pass. Il a rejoint Blizzard en 2019.

Jen Oneal et Mike Ybarra

« Les deux dirigeants sont profondément engagés envers tous nos employés ; au travail à venir pour faire en sorte que Blizzard soit le lieu de travail le plus sûr et le plus accueillant possible pour les femmes et les personnes de tout sexe, origine ethnique, orientation sexuelle ou origine ; défendre et renforcer nos valeurs ; et à reconstruire votre confiance », a déclaré un porte-parole de Blizzard dans un communiqué . « Avec leurs nombreuses années d’expérience dans l’industrie et leur engagement profond envers l’intégrité et l’inclusivité, Jen et Mike dirigeront Blizzard avec soin, compassion et dévouement à l’excellence. Vous en entendrez plus de Jen et Mike bientôt. »


Des départs qui se confirment…

Mais ce n’est pas le seul départ important, car Jesse Meschuk, responsable des ressources humaines pour Blizzard Entertainment et Activision Blizzard, a démissionné de son poste « cette semaine », a confirmé Activision Blizzard à Bloomberg News. Aucun autre détail n’a été donné concernant le départ de Meschuk…

©Fran Townsend

Les dirigeants d’Activision Blizzard ont envoyé des messages mitigés sur le procès, dont certains ont suscité l’indignation des employés actuels et anciens. Comme par exemple ceux de Fran Townsend, vice-présidente exécutif chargé des affaires corporatives, qui a qualifié la plainte de l’État de « vraiment sans fondement et irresponsable » dans une note interne. Mais Fran Townsend ne s’arrête pas là puisqu’elle a décidé ce vendredi 30 juillet de retweeter un post qui parle du problème de la dénonciation en entreprise. Pour ceux qui n’étaient pas d’accord avec le post en question (dont certains de ses employés) Fran Townsend les a tout simplement bloqués !

Pour certains employés, la réponse de Fran Townsend était « odieuse et insultante ».


Des centaines d’employés d’Activision Blizzard ont fait grève fin juillet pour protester contre la réponse initiale de l’entreprise au procès et exiger des changements de la part de la direction. 

Le PDG d’Activision Blizzard, Bobby Kotick, a finalement publié une nouvelle déclaration qualifiant les commentaires initiaux de la société de «sourds» et s’engageant à mettre en œuvre des changements radicaux

©Activision/Blizzard – Bobby Kotick

« Nos réponses initiales aux problèmes auxquels nous sommes confrontés ensemble et à vos préoccupations ont été, très franchement, sourdes», a déclaré Kotick dans la lettre. « Il est impératif que nous reconnaissions toutes les perspectives et expériences et respections les sentiments de ceux qui ont été maltraités de quelque manière que ce soit. Je suis désolé que nous n’ayons pas fourni la bonne empathie et la bonne compréhension. Nous promettons une «action rapide» et un «changement durable» chez Activision Blizzard, en commençant par un examen des politiques et procédures de l’entreprise par une entreprise externe, et de «promouvoir un lieu de travail respectueux et inclusif ».

NE PAS suivre ce lien ou vous serez banni du site!
error: